Advanced search
Start date
Betweenand

Practices of women's incarceration: arresteds, prisons and politics

Grant number: 15/13019-7
Support type:Scholarships abroad - Research Internship - Doctorate
Effective date (Start): November 01, 2015
Effective date (End): April 30, 2016
Field of knowledge:Humanities - History - History of Brazil
Principal Investigator:Elizabeth Cancelli
Grantee:Angela Teixeira Artur
Supervisor abroad: Monica Raisa Schpun
Home Institution: Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas (FFLCH). Universidade de São Paulo (USP). São Paulo , SP, Brazil
Local de pesquisa : École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), France  
Associated to the scholarship:13/15222-9 - Practices of women´s s Incarceration: prisoners, prisons and politics (1942-1977), BP.DR

Abstract

Le projet de thèse intitulé Práticas do Encarceramento de Mulheres: presas, presídios e política, développé dans le Programme Histoire Sociale de la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines, vise à étudier les pratiques d'incarcération des femmes infracteurs à São Paulo entre les années 1942 et 1977. Au cours des 35 années, la gestion directe des institutions pour les femmes dans l'État de São Paulo était en charge de la Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur d'Angers. Fondée en 1835 dans la ville d'Angers, en France, la Congrégation est installée au Brésil en 1889 en fondant plusieurs monastères et des corrections pour les filles et les femmes. Après la promulgation du Code Pénal en 1940 est venu la première décision juridique (national) de séparation physique entre les hommes et les femmes condamnés dans l'intérieur des prisons. Vu le Code de déterminations, a été créé les premières prisons spécifiquement pour les femmes dans le pays. Ainsi, on a été ouvert en 1942 dans la capitale de l'État, sous la direction des religieuses du Bon Pasteur, le "Presídio de Mulheres". Au début des années 1960, on a ouvert en l'état, le Presídio de Mulheres de Tremembé, également géré par la même Congrégation. Jusqu'à la reformulation du projet de la prison (à la fin des années 1970 et au début des années 1980), les deux prisons - ensuite insérées dans la classification de la "sécurité maximale" - étaient les seules prisons spécifiques pour les femmes dans l'État de São Paulo. En ce sens, notre objet de recherches est des établissements de São Paulo, qui privilègie de l'investigation des pratiques d'incarcération des femmes dans l'état. Ainsi, l'objectif de la recherche est de présenter une image du fonctionnement de ces institutions, en identifiant sa population carcérale et les stratégies de travail de leur administration directe, exercées par l'entité religieuse catholique. À cette fin, une attention particulière est tombé sur les sources législatives nombreuses et variées, telle que des projets de loi, des amendements, des discours et des déclarations, des appels, les requêtes, les commissions, les rapports, entre autres, ainsi que des sources visuelles, des interviews et des témoignages. (AU)